LA FAMILLE FARGIN-FAYOLLE

Dans le canton d'Huriel, une famille se distingue entre toutes. C'est la famille Fargin-Fayolle qui appartient à la bourgeoisie rurale.
L'aîné, Sébastien, avocat à ses heures, siège à l'Assemblée Nationale dans les rangs de la Montagne. En dehors de ses occupations politiques, il habite Lamaids.
Le plus jeune, Roch, beaucoup plus calme, est marié avec la fille du notaire Grozieux de la Ga¬renne et demeure dans sa propriété de Neuvéglise, commune d'Huriel. Il fut juge de paix durant le gouvernement provisoire mais dut céder sa place, en mai 1849, au moment où les Bonapartistes écartaient les Républicains du pouvoir.
 
Le second, celui qui précisément nous intéresse, s'appelle Philippe Fargin-Fayolle dit Sommerat (Somérat, Sommeras ou Sommerat, selon les temps). Le jour de son mariage à Chambérat, il avait apposé comme signature Fargin Laborde dit Fayolle. A la mairie de La Chapelaude, on peut lire Sommeras et lui-même signait Fargin-Sommeras. Pourquoi ce surnom ? L'origine en revient à une terre de cette appellation qui appartenait à sa famille. Les Sommeras, autrefois, comprenaient une grande partie des villages des Farillats, des Gendras, des Barchaux et des Léris. Les propriétaires en étant les sieurs de Sommerat. Au siècle précédent, on retrouve la famille Mauret de Somérat. Les Sommerat dépendaient de la paroisse de Neuve-Église.
 
Sommérat est né le 21 novembre 1814 à Huriel. Venant de Mesples, Sommérat et sa mère ont habité Chambérat. Il y restera lui 21 ans et sera adjoint au maire Chamoreau. Au moment des événements, il demeure face à l'église de La Chapelaude, dans la maison dite «du Prieuré», avec ses quatre enfants et sa femme Marie Gendraud qu'il a épousée à Chambérat au mois de juin 1840.

 

Philippe Fargin Fayolle Laborde Sommerat était le fils de gabrile Fargin Laborde, ancien maire de Mesples, décédé le 28 novembre 1823 et de Marie-Louise Coulhon, décédée à Nocq le 15 avril 1825.

Il est décédé le 12 février 1879 à dix heures du matin et repose dans le cimetière de La Chapelaude

 

Retour page Brande des Mottes                                       La suite de l'histoire