Historique

Gérard Touraton

En 1958, Monique et Gérard Touraton arrivent à Chazemais comme nouveaux instituteurs dans la commune. Ils continuent les activités existantes à l'amicale laïque créée en 1954 et en développent de nouvelles.

C’est en 1963 que la F.O.L. (Fédération des Œuvres Laïques, branche départementale de la Ligue de l’Enseignement) de l’Allier met en place ses premiers stages de danses populaires. On y apprend, surtout au sein de l’école, des danses de toutes les provinces de France qui sont présentées lors des fêtes scolaires.

Le groupe en 1985

Les petits Brûlés en 1990

 

Le groupe en 1987 à Huriel

Le groupe en 1988

En 1970, Jeanne et Roger Marandola remplacent Monsieur et Madame Touraton et reprennent du même coup le flambeau. Les anciens élèves commencent à rester au sein du club de danses qui s’étoffe en nombre. Chaque année, Jeanne et des jeunes continuent d’aller aux stages de la FOL. Les danseurs prennent de l’âge et de l’assurance et mettent au point des suites de danses très vives et spectaculaires venant de Hongrie, de Russie, de Lettonie, de Lituanie, de Bulgarie, etc... Ils obtiennent de nombreuses récompenses dans les concours organisés par la FOL. A cette époque là, toutes les productions sont faites grâce à des musiques enregistrées.

On n’oublie pas le folklore local mais, à ce moment là, il fait partie des autres, sans plus. Le folklore bourbonnais devient la préoccupation principale du club de danses au début des années 80.

 

A LA RECHERCHE

D’UN TERROIR

Ce sont alors de nombreuses rencontres avec les groupes voisins, avec les historiens locaux, des recherches dans les livres, les musées, à la rencontre de musiques, de dessins, de peintures, de tout indice permettant de retrouver ce folklore local.

L’affaire est complexe: la commune de Chazemais fait partie du canton d’Huriel sur lequel passe la limite entre langue d’oïl et langue d’oc. Entre le parler traditionnel des habitants de Treignat, déjà dans les Combrailles, et celui de Chazemais, c’est le jour et la nuit. Les costumes mêmes sont la proie de divergences énormes. II faut bien se rendre à l’évidence, notre terroir est bien plus proche de celui de Saint-Amand, dans le Cher, que de celui de Montluçon, notre sous-préfecture.

Alors nous pensons rester nous-mêmes en disant que nous sommes à moitié bourbonnais et aux trois quarts berrichons. Excusez du peu

C’est en 1984, que le club de danses prendra le nom de Brûlés de Chazemais.

En 1988, le groupe demande son adhésion au sein de la Fédération des Arts et Traditions Populaires du Centre et du Massif Central avec comme parrains Les Gats do Bourbonnais et les Troubadours montluçonnais dirigés par Gaston Rivière.

Après les deux ans de stage, René Salignat, vice-président délégué, est venu nous remettre le diplôme consacrant notre admission le 24 mars 1990.

LE GROUPE

DE NOS JOURS

En 2016, le groupe comprend 7 musiciens : 3 vielleuses, 1 vielleux accordéoniste, 3 cornemuseux et 28 danseurs. La majorité des danseurs a de 30 à 50 ans ce qui en fait un groupe jeune et dynamique. II comprend de nombreuses personnes de Chazemais même et des amis très contents de se retrouver aux répétitions, après avoir passé une semaine aux quatre coins de la région Auvergne ou encore plus loin.

Le groupe est dirigé par Sandrine Saudois mais, de plus en plus, tous s’investissent dans l’organisation des répétitions et des spectacles.

 

retour page des Brûlés