Le chemin des Maîtres Sonneurs

Le guide de la randonnée est sorti depuis fin 2006

réf : 361 à la FFRP

C'est à partir du livre « Les Maîtres Sonneurs », écrit en 1853, qu'est créée cette randonnée pédestre. A l'époque où George Sand compose cette œuvre, elle est déjà installée en Berry et ne le quittera plus. Proche de ses habitants et de leur terre, elle connaît la variété des paysages et des comportements.

George Sand

Aurore Dupin de Francueil est née en 1804. Après une enfance solitaire, elle épouse en 1822 François-Casimir Dudevant, ancien officier dont elle a deux enfants. Son mariage étant un échec, elle part pour Paris en 1831 et co-écrit un roman avec Jules Sandeau. En 1832, sous la signature de George Sand, elle publie son 1er roman et, en 1853, « Les Maîtres Sonneurs ». Ce dernier se situe dans l'ensemble de son œuvre dite des romans champêtres venant après « La Mare au Diable » (1846) et « La Petite Fadette» (1849).

 

Le roman « Les Maîtres Sonneurs »

En 1828, Etienne Depardieu, âgé alors de près de 75 ans, raconte au cours de veillées les aventures qu'il a vécues lorsqu'il était tout jeune homme dans les années 1770. Cette année-là, Etienne, alors appelé Tiennet, fait au bourg de Saint Chartier sa communion en compagnie de sa cousine Brûlette et de Joseph dit Joset, tous Berrichons de Nohant. Autres personnages du roman : Jean Huriel, sa sœur Thérence et le père Sébastien Huriel, dit Bastien ,le Grand Bûcheux, « natif du bourg nommé Huriel d'où il a pris son nom ».

Solitaire, Joset est dominé par sa passion de la musique. Il rencontre Jean Huriel, muletier bourbonnais, qui lui fait prendre conscience de son don réel de musicien. Sur les conseils de son nouvel ami, Joset part en Bourbonnais auprès du Grand Bûcheux, musicien reconnu, pour perfectionner son jeu à la cornemuse.

Dix-huit mois plus tard, Joset tombe malade et réclame auprès de lui ses amis berrichons. Huriel vient les prévenir. S'en suit le périple aller et retour des amis par les bois et les guets entre Saint Chartier et Chambérat. Après ce voyage quasi initiatique, ils ne sont plus tout à fait les mêmes ayant vécu si différemment de leurs habitudes. Joseph, par les leçons du Grand Bûcheux, a découvert que la musique s'exprime en deux modes : l'un « clair », joyeux, issu de la plaine, l'autre « trouble », triste, né des pays plus rudes : mode majeur et mode mineur. Il est reçu Maître Sonneur à Saint Chartier. Pour la musique, Joseph sacrifie amour et amitié. Pour être reconnu de ses pairs, il risque sa vie, partant seul avec la musique chercher l'inspiration en pays de montagne. On le retrouve mort dans un fossé, sa cornemuse en mille morceaux. Etienne épouse Thérence Huriel et ils mènent une vie terrienne contrairement à Jean Huriel qui épouse Brûlette et ensemble ils repartent dans les forêts.

Le sentier de randonnée

Ce chemin est donc unique. Il resurgit d'un passé encore présent dans la mémoire collective. Il vous

invite à unir randonnée, tradition et littérature.

En septembre 1989, une centaine de personnes représentant les 35 communes entre Huriel et Saint

Chartier se sont réunies pour retrouver et faire revivre ce sentier. Roman en main, ils ont cherché les

chemins suivis par le muletier Huriel et ses amis tout en essayant de rester le plus près possible du

texte original. Ce travail de repérage et de coordination a duré plus d'un an et l'inauguration officielle

eut lieu le 7 juillet 1991.

 

Communes traversées par le sentier en Pays d'Huriel

Saint Eloy d'Allier : 71 habitants. Château de La Roche Guillebaud (voir « Mauprat » de George Sand). Base nautique de Sidiailles à proximité.
Viplaix : 300 habitants. Fête des Moutats dernier dimanche de juillet
Saint Palais : 202 habitants. Château de la Maison Neuve. Nombreuses fontaines.
Mesples :

129 habitants. Ancienne digue. Foire aux moutons l'avant-dernier dimanche de juillet

Chambérat : 321 habitants. Église coiffée d'un Saint Joseph, vitraux remarquables. Élevage d'autruches, d'émeus et de nandous. Importante foire le 1er lundi suivant l'Assomption.
Huriel : 2 446 habitants. La Toque, donjon seigneurial et église du XIIe siècle. Camping.

Archignat :

360 habitants. Zone de loisirs. Site celtique de Jarges-Frontenat Fête des Blés d'Or le 1er dimanche d'août.

Treignat :

480 habitants. Église séparée de son clocher. lion accroupi du XIe siècle. Camping et plan d'eau aménagé.
Saint Sauvier : 338 habitants. Château de la Romagère. Chapelle Saint Rémy et sa fontaine.

 retour page d'accueil